21 de mars de 2017

Excursions

Autour de Santarem, il existe de nombreux tours intéressants à faire. De plus, en moins d’une heure de route, il est possible de se retourver au beau milieu de la fôret primaire, lieu ou vous pourrez découvrir un écosystème intriguant qui échappe à notre compréhension.

Alter Do chao : autrefois peuplé par les indiens Boraris, Alter Do Chao est aujourd’hui un village d’environ trois mille habitants vivant au abord d’une des dix plus belle plage du Brésil, selon le journal britannique « The Guardian ». Le Lago Verde, aussi connu sous le nom de Lago Muiriquitas (amulettes données par les indiens aux visiteurs) ou « la cachette » d’Alter Do Chao. Certains disent que Alter Do Chao est la Caraibe du Brésil ! Avec ses plages de sable blanc, ses eaux vertes émeraudes et transparentes, Alter Do Chao donne l’impression d’être une mer. Alter Do Chao est aussi connu pour l’accueil chalereux de ses habitants. La meilleure période de l’année pour s’y rendre est entre juin et décembre, lorsque le nivau de l’eau est bas et que les plages ressurgissent du fond de l’eau.

Le tour pour Alter Do chao part de Santarem à 9 heures du matin, en direction du village (35km). Arrivée là bas, vous pourrez vous promener librement dans le village, à la découverte de ce dernier. Ensuite, après une traversée en bateau, vous arriverez sur l’ile de l’amour, ou vous pourrez vous baigner et deguster un repas typiquement amazonien. Le retour sur Santarem est prévu en milieu d’après –midi. Durée : 6-7heures.

Santarem City Tour : un tour d’environ 2h30 à la découverte de ce que les habitants de l’Amazonie appellent « la perle du fleuvre Tapajos ». Durant ce tour, vous assisterez au spectable de va et viens du port, à l’animation produite par l’arrivée et le départ d’embarcation de toutes tailles, apportant de tout. Le tour commencera par la visite du Marché Municipal, avec la découverte de fruits et légumes typiques du Brésil, des poissons frais et de nombreux produits issus des richesses de la foret. Ensuite vous visiterez la cathédrale Nossa Senhora da Conceiçao dans laquelle se trouve une croiit sauvéx de fer offerte par un botaniste allemand, Karl Philipp von Martius, pour avoir été sauvé d’un nauffrage au large de Santarem. Le tour continue avec la visite du musée municipal, puis des magasins artisanaux du centre ville, dans lesquels vous trouverez des pièces réalisées par des habitants de la forets (céramiques tapajonicas, objets confectionnés à partir de fibres et de paille de différents palmiers, tissage de hammacs -saviez vous que les hammacs sont une invention typique de l’Amazonie et une tradition depuis plus de 1000 ans ?- et enfin les noix du Brésil, meilleures car pas transportées). Pour finir le tour, vous vous rendrez sur les bords du fleuve, haut lieu de rencontre et de promenade de la population locale, et d’où vous pourrez admirer le fabuleux spectacle de la rencontre des fleuves Tapajos et l’Amazone, qui ne se mélangeront que plusieurs kilomètres en amont. Le canal de navigation aux abords de la ville mesure 1,8 km de large et 10 mètres de profondeur.

Belterra : Belterra, située au beau milieu de la foret est une ville fondée sur le modèle nord américain des années 30 qui a eu un rôle essentiel au début de l’industrie automobile. En effet, au début du 20ème siècle, cette ville voit le jour suite au développement d’un projet pharaonique de Henry Ford. Ce dernier, fondateur et président de l’industrie automobile du même nom, décida de produir tout le latex nécessaire à l’approvisonnement de son usine de pneus. Pour cela, il acquit un terrain de 8 hectares, situé à 40 kilomètres de Santarem, et y planta 3,2 millions d’Hévéas (arbre brésiliens produisant du latex). A la même période, il fit construire à Belterra as moins de 300 résidences, églises, hopitaux, magasins, écoles, cinemas, caserne de pompiers, etc… Il fit installer les infrastructures énergétiques nécessaires, mais également pour l’eau courante et le traitements des eaux usées. A l’age d’or de Belterra, son hopital était connu pour être le meilleur et le mieux équipé d’Amérique du Sud. Entre temps, l’exportation du caoutchouc a connu un déclin et le projet fut abandonné. Les habitants qui vivent aujourd’hui à Belterra ont pour projet de conserver la ville comme elle était à sonn apogée.Ce mouvement de préservation du patrimoine a permis à Belterra de devenir une municipalité indépendante. Durée : 4-5heures.

Foret Nationale du Tapajos (FLONA) : l’entrée de la foret nationale du Tapajos est située au kilomètre 83 de la route BR-163, unique route reliant Santarem à Cuiabà. FLONA est une réserve de 650 milles hectares de foret primaire ou vivent de nombreuses petites communautés impliquées dans des projets de préservation, gestion et création expérimentale. Un guide local vous accompagnera. Il vous fera découvrir les secrets bien gardés de la foret : comment trouver de l’eau, les oiseaux difficiles à repérer, etc. A l’heure du déjeuner, un pique-nique vous sera servit. Durée : 6-7heures en voiture ou van selon le nombre de participants.

Le Bois Santa Lucia : Le tour commence par la route BR-163, Santarem-Cuiabà, unique route qui relie Santarem au reste du pays. Un premier arrêt sera effectué au kilomètre 8, afin de visiter une des « montagnes » haute de 158 mètres. Du haut de ce point culminant, le guide vous enseignera les différents soles donc est composé la région. Ensuite vous assisterez au spectacle d’un paradis en transformation : foret tropicale, deux formes d’agriculture (agriculture mécanisée : agriculture intensive du soja, des haricots et du riz et des petites zones où l’on utilise encore des tecnique ancestrales : plantation de manioc, flageolet,etc.). Une halte est prévue dans une des ses fermes afin de renconter la famille et de comprendre comment ils vivent. Ensuite vous vous rendrez dans le bois de Santa Lucia. Selon le groupe, le guide choisira le chemin de randonnée le plus adéquat. Ce bois est considéré comme une bibliothèque d’arbres o l’on compte plus de 200 espèces natives d’arbres, palmiers et autres plantes, ainsi que de nombreux animaux. Au cours de la randonnée, plusieurs haltes seront faites afin de découvri plusieurs spécimènes locaux tels que la noix du Brésil (Lecythidaceae), cumaru (Diptervx odorate), guaraná (Paulinia cupana), cupuaçuzeiros (Theobroma grandiflorum), copaibeira (copaifera multijuga), angelim (Hymenolobium modestum), seringueira (Hevea brasiliensis), açaizeiro (Euterpe oleracea), etc. Durée : environ 4 heures.

Note importante : les vêtements les plus appropriés pour une marche en foret sont des vêtements légers, résistants, confortables et de couleurs neutres. Il est important d’avoir des chaussures de marches et un pantalon long. Ne pas oublier sa crème solaire, une cap contre la pluie et surtout son appareil photo !